Accueil | News | Chroniques | Contribuez ! | T-Shirts | Newsletter | S'inscrire 30sec
Opt.
 
groupe
label
album
membre
Publicité
Publicité
Infos :

 Cornelius

Inscrit à Mon Trip-Hop.net depuis le 08 Octobre 2005 - 30 ans - Homme

Sa playlist :
Groupe Album Label
Filastine Burn It Jarring effects
Nomak Muziq And Foto Huge Soul
Roots Manuva Slime And Reason Big Dada
Sayag Jazz Machine No me digas Uncivilized World
Dan The Automator Lovage: Music to Make Love to your Old Lady by 75 ark records

Actualisée le 01 Mars 2009.

Ses chroniques :
Nomak
Nomak - Muziq And Foto
Muziq And Foto
Nozebleed
Nozebleed - Heart Beats Digital
Heart Beats Digi...
Roots Manuva
Roots Manuva - Slime And Reason
Slime And Reason
 
Ses derniers commentaires :
titre groupe - album date
Vous aviez remarqué que l'on devine la tête des membres de l'orchestre sur la pochette? :D The cinematic orchestra - Everyday 29-08-2007
L'orchestre cinématique. J'en ai longtemps entendu parler, mais, jusqu'à peu avant la sortie de leur nouvel album (Ma Fleur), je n'avais jamais franchi le pas de leur univers musical! Je parle d'univers, bien qu'ici, le terme, et c'est assez paradoxal, peut paraître restrictif. Et puis, je me suis dit, si tant de gens en disent du bien, pourquoi ne pas tenter l'expérience?

Bien m'en a pris.

Je vais ici vous parler d'un album que j'estime grandiose. Magnifique. Subtil. Puissant. Superbe. Nuancé.
Bref, le genre d'album qu'on aimerait écouter plus souvent.
Que ce soit clair, toute la discographie de Cinematic Orchestra est indispensable, tant l'émotion véhiculée par chacun des morceau apporte quelque chose de différent suivant l'auditeur, mais aussi suivant son état d'esprit.
Un néo-jazz racé, teinté de multitudes d'instruments, du clavier, à la harpe, de la contrebasse, au sampler.

Alors pourquoi chroniquer cet album au lieu d'un autre du même collectif?
Car c'est un morceau qui m'a fait découvrir The Cinematic Orchestra.
Et quel morceau!

Dessinons donc le décor.
Un après-midi de mars, le printemps balbutie encore, la lumière du soleil est faible.
Un cours d'anglais.
Où l'on peut utiliser une base de donnée pour faire ce que l'on désire.
Moi, face à la fenêtre, dans un état plus propice à la rêverie enfumée qu'à une attitude studieuse.
Et LastFM.

Oui, tout de suite, ça casse un peu du charme. Mais si je ne remercierais jamais assez ce site pour cette découverte.
Vous tapez un nom d'artiste, ça vous sort tous les artistes similaires dans une playlist à écouter, découvrir.
J'avais tapé Wax Tailor.
Et quelle claque les enfants lorsqu'un morceau sorti de nul part vient caresser mes tympans.

Tout commence par des cuivres. L'introduction prend son temps, mais comme toutes les bonnes choses, il faut du temps. Ca m'intrigue de plus en plus. On joue aux questions/réponses. Plusieurs couches de cuivres. Et commence cet batterie, enbellie derrière par un xylophone je pense. Ces deux rythmiques vont rajouter une profondeur inouïe comme si avant, on chutait et qu'à l'arrivée de la rythmique, nous plongions dans un milieu acqueux, mais agréables. A 3 minutes 20, une voix qui m'est familière. Roots Manuva. Et le MC Anglais nous livre un texte tout simplement magnifique!

Exemple.
I'm a shackled child
singing the good song of Freedom
They've got no pride
they interrupt our grieving
Tear drop dropping
for the pain of the world
My best friend dies
when she was just a young girl
Left me here, to fend for myself.

Je suis terrassé, subjugué. Déjà que mon état ne se prédisposait pas au travail. Je vais rester coi, sans bouger, à fixer la lumière extérieure pendant 11 minutes 03. Puis, je me repasse le morceau.
J'étais conquis.
All Things to All Men, puisque c'est le titre du morceau en question était une perle, mais j'étais encore loin de me douter de ce que j'allais découvrir.

En effet, l'album acheté, je découvris d'autres perles. 6 autres pour être précis.
Oui, car l'album a 7 titres, pour une durée d'une heure, 7 pépites musicales sur 7 morceaux, le rendement est plus qu'honnêtes, vous m'en conviendrez.

Que ce soit les deux morceaux avec Fontella Bass, voix surpuissante entre le blues, le gospel et la soul, lâchant un Evolution, moins fort que le Revolution d'Archie Shepp mais s'inscrivant dans la même veine, la même origine puissante et si subtile ou encore le All That You Give, ouvrant l'album sur ses notes aérées d'harpes contrebalancées par la contrebasse.

Que ce soit Flite, The Man with the Movie Camera ou encore Burn Out, où l'ambiance vous transporte à des milliers de lieux, métamorphosés sous les coups de batterie de Luke Flowers, apportant un réel plus à l'ensemble.

Que ce soit finalement Everyday, morceau éponyme, qui vous laisse dans une atmosphère humide de pluie torrentielle, prête à tout engloutir, jusqu'à ce que les choeurs, en réponse à ce chant shamanique, viennent apporter ce rayon de soleil. La basse est énorme, la batterie tout autant, l'ambiance appaisante!

Je ne peux que vous souhaiter de découvrir The Cinematic Orchestra, car, il est certain que cette musique ne vous laissera pas de marbre.
Je recommande, j'aime, j'adore.
Quand les cuivres rencontrent le hip-hop. The Herbaliser - Very Mercenary 10-08-2007
Lecteurs, Lectrices, Lectrices surtout, oeuf course, j'aurais pu mettre le titre de cette chronique au premier album des deux gaillards de Londres.
Oui, j'aurais pu.

J'aurais pu mettre le titre de cette chronique au second album de deux des nombreux fers de lance du label Ninja Tune.
Oui, j'aurais pu.

Pourquoi je ne l'ai pas fait?
Car pour moi, c'est Very Mercenary à montrer ce que le son Herbaliser est. Je m'explique.
Autant Remedies et Blow Your Headphones sont bons, là, n'est pas le sujet, mais il leur manque à chacun, j'ose ou pas? Allez, il leur manque un côté maturité! (Il l'a fait, ooooh!)
Avant que vous criiez au scandale, je m'explique. Remedies possède d'excellentes instrus, certes, mais il manque clairement les voix par-dessus et aussi, je pourrais mettre un petit bémol sur la basse que je trouve un poil trop omniprésente.
Blow Your Headphones, par contre, on peut noter les voix qui s'immisce, mais la mixture n'est pas des plus homogènes...

Tandis que Very Mercenary...

Point de vue instrumental, l'album a placé la barre haute (barre qui par la suite n'a cessé de s'élever, mais disons que mon coup de coeur dans leur discographie, c'est cet album, alors... ben voilà!).
Du hip-hop, comme je l'aime donc!

Ensuite, un bon instru ne fait pas toujours tout, il faut que les featurings tiennent la route. Et là, les collaborations font saliver! What What, Bahamadia, Roots Manuva, Blade, Dream Warriors. Ca va, ils ont su s'entourer, ça il n'y a pas à dire.
Les When I Shine, Mind In The Frame, Road Of Many Signs, Starlight... sont autant de bonheur pour les oreilles.

Et puis, si j'aime tout particulièrement Very Mercenary, il ne faut pas se voiler, c'est pour Let It Go.
Ce morceau, qui contraste quand même beaucoup avec le reste de l'album, de part son calme apparant, les cuivres qui se font silencieux, une instru plus calme, posée, ce morceau donc, donne une ampleur au disque l'élevant de bon disque à très très très bon disque!
Tout y est, de la basse ronde et langoureuse, à la guitare lançant ses notes dans un écho lointain, du flow de Jean Grae (aka What What), qui donne une grosse leçon à tous les rappeurs qui veulent ralentir leur flow et qui le perdent en coulis, mélasse insipide et difforme, au scratch des Beastie Boys.

Ce morceau est d'une sensualité terrible est les paroles... bonnes tout simplement.

A vous de juger :

"At thirteen I watched ghetto gold turn to green
and get crushed, through this undramatical street scene."

Bref, un très bon album, le véritable commencement du son Herbaliser, selon moi, à posséder pour tous les morceaux et notament Let It Go, donc! :D
Let's get ready to ruuuuumble! Saul Williams - Saul Williams 08-08-2007
Lecteurs, Lectrices, la formule est de mise, lectrices, surtout, aujourd'hui, et ça faisait quelques temps que ça me démangeait, je vais vous commenter un combat de boxe. Oui, ce sport, noble, superbe, viril méritait une de mes chroniques (Egotrip, quand tu nous tiens...).
Mais attention, je n'ai pas choisi n'importe quel combat. Non, du tout, car le combat que j'ai choisi est tout simplement un des plus beaux jamais livré! Au programme, un outsider, Saul Williams, son premier combat s'est soldé par un KO infligé à l'auditeur au bout de 11 rounds de folies (Amethyst Rock Star).

Beaucoup ont parié sur ce poulain donc, d'autant qu'on connait ses uppercuts lyricaux tout simplement monstrueux.

Ce nouvel affrontement a lieu contre un adversaire un poil indéfini, néanmoins grand favori. Certains y verront la politique américaine, d'autres les préjugés, d'autres encore les carcans imposés entre rap, rock et électro. Bref, l'adversaire du jour est costaud, très costaud, mais c'est sans compter sur la puissance de frappe dont s'est muni Saul Williams!

Parce que niveau coachs, préparateurs et soutiens, il n'a pas tapé dans la seconde division. Zach de la Rocha (RATM), Serj Tankian (SOAD)... On a connu pire! Durant le combat live qu'il livre, n'oublions pas CX Kidtronic dont on a pu moult fois apprécié les frappes dévastatrices avec Antipop-Consortium.

Ce combat durera douze rounds. Oui, l'adversaire fut solide, mais le gagnant est Saul Williams par K.O. au dernier Round, pour dire! En effet, ce qui frappe et c'est le cas de le dire en premier dans cet affrontement, ce sont les basses qui sont autant de directs au foie, à la tête, aux côtes, précis et puissants. Certains rounds, je pense notament à Grippo, Telegram, Surrender ou encore Act III Scene 2, sont tout simplement l'exemple même des parfaits directs que tout boxeur se doit d'imiter! A montrer dans toutes les écoles!
Mais Saul Williams n'a pas travailler que son direct (qui, c'est vrai, pêchait un peu dans son premier combat), non, Mr Williams a aussi travaillé ses uppercuts lyricaux, et autant le premier affrontement du bonhomme était une illustration somptueuse du geste qu'est l'uppercut, autant le second est encore plus fantasmagorique. Chaque phrase est décrochée au cerveau de l'auditeur/spectateur, pour que ce dernier réfléchisse de lui-même.

Exemple : A ces "how much must you age before you're ageless? " d'Amethyst Rockstar raisonne les "This ain't hip hop no more, son, it's bigger than that. This ain't ghetto no more, black, it's bigger than black." L'uppercut est précis, ravageur. Il sonne l'adversaire.
Et ces assaults lyricaux, ils se produiront tout au long du combat!

Ce qui choque c'est justement, le travail qu'il a effectué sur ses directs. Ca vous remue les tripes, ça vous laisse coi, pantois, à l'effroi. Bien entendu, il faut vivre le combat, être au plus proche, ouvrir vos oreilles (quitte à mettre le son fort!).
Bien sûr il vous faut lire les résumés des différents rounds, pour comprendre chaque assault lyrical!
Bien évidement, il faut aimer le style de Mr Williams, mais ça passe très facilement aussi.

En live, on atteint un niveau quasi shamanique, avec un Saul Williams distillant ces coups, se mouvant sur le ring/scène tel un shaman en transe, interpellant, scandant, virevoltant. Il est le roi du ring, et le public lui est acquis! Chaque mot trouve un écho dans le crâne du spectateur, chaque lumière est amplifiée par cette voix, jusqu'à vous mettre vous-même en transe! Si l'esprit pouvait se détacher du corps, ce serait ainsi qu'il faudrait procéder! La basse vous remuant les tripes, la voix vous remuant la tête!

Conclusion : Alors, quand Amethyst Rockstar était un joli joyau brut pas encore tout a fait taillé, Saul Williams, est acéré, solide comme un diamant, envoûtant comme un reflet dans une pierre précieuse. Du grand, du très grand, à posséder! A écouter! A lire!

Résumé des différents rounds :

1. Talk to strangers :

Intro piano, envolée bien haute annonçant la couleur.
La voix arrive, profonde, sans peur.
Quand la diva décolle vers les aigus,
Toi, tu restes sur le cul!
Apprécie,
Le voyage ne fait que commencer!

2. Grippo :

Les directs sont au deuxième round, ce qu'ils seront aux restes de l'album,
Des coups, qui cognent, cognent, cognent
Et toi, t'essaies de reprendre de l'air mais t'es sonné!
Et personne n'écoute personne, scande cet homme.

3. Telegram :

Sur une instru résolument rock,
"Ce n'est pas du hip-hop, fils, c'est bien plus que ça."
Stop.

4. Act III Scene 2 :

Quand la machine se prend la rage de Zach,
Couplé à celle de Saul, il n'y a pas d'entracte.
Le pacte est signé,
L'acte, celui d'un résigné!

5. List of demands (Reparation) :

Danse, Shaman, danse,
Le rythme est celui de ta transe.
On peut être victime des peurs d'autrui.
Mais dansons en oubliant la vie.

6. African Student Movement :

Très haché,
En live, il explose de toute sa beauté.
La basse répondant au shirley.
La voix grave à l'aiguë.

7. Black Stacey :

Un des plus beaux rounds du match.
L'enfance ressort, le talent est au rendez-vous.
Le piano désaccordé,
Laisse planer souvenirs et cris retardés.

8. PG :

J'ai les battements de coeur produits par Dieu, et, garçon, il tonne fort!.

9. Surrender (A second to think) :

Cris bestiaux,
Voix polymorphe,
Mélange de complainte et de déclamation
Le résultat est proche de l'explosion.

10. Control Freak :

Ici, ça cogne fort,
De quoi réveiller un mort,
Dans tout les cas, on ne peut pas...
...Contrôler sa destiné.

11. Seaweed :

Le titre pourrait signifier une nouvelle drogue,
Ce n'est pourtant rien d'analogue,
Juste une Volvo 86,
Aux roues en forme de prêtre tibétain et au réservoir plein de rêves.

12. A notice to eviction :

La pression retombe,
C'est l'effet de toutes les bombes,
L'explosion à la première seconde.
Voilà comment débute un chef d'oeuvre Mogwai - Come On Die Young 16-06-2007
Tout commence par des paroles d'Iggy Pop sur le punk-rock :

"i'll tell you about punk rock. punk rock is a word used by by dilettantes (audience laughs), and uh, and uh, heartless manipulators (audience laughs), about music (audience laughs)... that takes up the energies, and the bodies, and the hearts, and the souls, and the time, and the minds of young men who give what they have to it, and give everything they have to it.

and it's a, it's a term that's based on contempt. it's a term that's based on based on fashion, style, elitism, satanism and everything that's rotten about rock 'n' roll.

i don't know johnny rotten but, but, (audience laughs) i'm sure, i'm sure, he puts as much blood and sweat into what he does as sigmund freud did. you see, what, what sounds to you like a big load of trashy old noise, is infact the brilliant music of a genius, myself (audience claps). and that music is so powerful, that it's quite beyond my control and uh, when i'm in the grips of it i don't feel pleasure and i don't feel pain, i just feel no emotions. do you understand what i'm talking about? (audience claps)

have you ever, have you ever felt like that, when you just, when you just, you couldn't feel anything and you don't want to either, you know, like that. do you understand what i'm saying sir?"

Voilà comment débute un chef d'oeuvre.

Mogwai, ce groupe écossais dont on entend de plus en plus les échos de leur musique et de leur prestations scéniques, a, en 1999, et ce, 2 ans seulement après leur premier méfait (Young Team), tapé un grand coup en inventant un style tout simplement.
Cet album est enfanté dans la grâce, la subtilité, la tristesse, malgré des envols des plus oniriques. J'ai lu sur DMute que le chroniqueur considérait l'album comme du post-punk. Il n'a pas tort. Non pas qu'il faut chercher du côté "urgence" et "révolte" des punks pour qualifier cet artefact musical, mais il faut réellement prendre post-punk en son sens premier.
Quelque chose qui vient après le punk. Après la révolte. Et cette chose, c'est la désillusion. Voilà ce qui bercera Come On Die Young tout le long. Tout n'est que finesse. Rien n'explosera. Sauf peut-être un instant sur Christmas Steps. Un mini big-bang.

Les morceaux sont globalement assez longs (5 minutes en moyenne, avec des pics à 9,30) car, dans chaque morceau, il faut un temps d'immersion. Pour entrer en osmose avec la musique proposée. Chaque riffs de guitare tient plus de la caresse que du matraquage. Il est donc normal que l'entrée en matière se fasse en douceur.
Et il y a les voix. D'habitude, elles ne sont que peu présentes. Mais là. Punk-Rock donc, le morceau introduisant cet album avec Iggy Pop. Cody, qui prouve que chant et Mogwaï sont tout sauf incompatibles, Help Both Away encore avec des paroles en fond.

Sur Year 2000 Non-Compliant Cardia, on note assez bien ce que je disais avant. Tout commence avec des moments oniriques, des envolées, enfin on y croit, et au moment précis où tout devrait partir, au contraire, tout se dérègle. Et on plonge dans le chaos.

En fait, on peut noter une montée progressive tout au long de l'album. Montée qui se concrétise sur Christmas Step. Là où certains groupes font un crescendo sur un morceau, Mogwai le fait sur tout son album et finit plus calmement sur le thème du début. La boucle est bouclée. Et elle est superbe!

C'est l'histoire d'un disque monumentale, monstrueusement délicat, brutalement subtil, un paradoxe magistral!
Hallucinogène à n'en point douter! Löbe Radiant Dub System - Vibe Disciple 19-11-2006
Ne pas vous parlez de Löbe Radiant Dub System serait pour moi une grosse dose d'égoïsme, tant ce groupe et cet album particulièrement, est, selon moi, un pillier, une pièce essentielle dans toute discothèque, que ce soit dub ou en général!

Löbe Radiant Dub System est à l'origine un duo, voguant sous le nom de LÖBE. C'est en l'an 2000 qu'ils devinrent un quatuor sous forme de guitare, basse, batterie et sampler et qu'ils prirent le nom de Löbe Radiant Dub System. Cet album est le second opus donc de la formation et le premier avec une guitare sur chaque morceau. Sorti en 2004, il est pour moi le meilleur album dub de l'année en question.

Chaque morceau possède quelque chose de propre que les autres galettes de ce disque ne propose pas. Une atmosphère enveloppe chaque piste et lui rend une saveur unique.
Le groupe a réussi un bel exploit en venant fixé sur ces instrus des voix qui apportent chacune une puissance hypnotique et psychédélique qui atteint des sommets de psychotrips sur des titres comme Axial Dub et son très roots "we're living in a mad mad world, we are living in a crazy world" aux consonnances assez cataclysmiques, ou bien Help Us To Forgive, aux accents métalisés dans un dub très aggressif, en passant par It Brakes your Concentration avec un spoken word assez hallucinant de Naïa. Ce dernier m'hypnotise de manière plus que permis par le très célèbre Comité de Mesure en Taux de Fabulosité qui n'est plus à présenter !
Chaque fragment de cet édifice qu'est Vibe Disciple est une sorte de coup dans les tripes, un truc qui s'attache à vos boyaux pour les impreigner d'une émotion propre, d'une sensation particulière. On pourrait comparer cet album à la confection de parfum. Chaque piste à son son goût immédiat, un écho dans votre crâne qui vous indique là où se trouve l'essence même du morceau. Et cet essence même, c'est le goût second, celui qui s'attache à vos tripes. Et enfin, il vous reste l'arrière goût, l'état d'esprit après vous être pris la déferlante sonore des pistes telles que Axial Dub, Dub vs Dread, Junior Profile, Hi grade, View Mode et autres Help Us To Forgive. A noter que j'aurais pu faire la comparaison avec le vin, mais loi Evin tout ça...

Hallucinogène à n'en point douter!
Si l'esprit trip-hop devait s'incarner dans un album... Archive - Londinium 07-09-2006
... Ce serait dans celui là!

Combien d'artistes peuvent prétendre avoir sorti un album parfait? Archive peut lui. Et pourtant je n'aime pas du tout l'orientation qu'a pris le groupe! Mais alors cet album frôle la grâce angélique à chaque instant!
Prenez une chanson au hasard, vous aurez un chef d'oeuvre! Il serait intéressant de savoir ce que Danny G et Darius Keller ont ressenti lors de la création de cet album!

Si je devais émettre une préférence néanmoins, elle irait pour Dark Room, tout simplement parce que c'est pas cette chanson que j'ai découvert l'album et le groupe. Et puis il faut dire ce rap qui arrive à la minute 29 devait arriver, il s'imposait de lui-même et le flow y est monstrueux.

Comme beaucoup ici, j'aime cet album! J'adore même cet album!
Ma première approche du Dub! High Tone - Bass Temperature 07-09-2006
Et oui, comme beaucoup, j'ai découvert le Dub avec High Tone. Et plus précisément avec cet album...
Je me rappelle encore au début , je me disais qu'est ce que c'est que cette musique, puis je n'ai plus décroché!

Tout commence par ce chant indien, que j'imagine Shaman, près à te faire décoller vers la planète HighTone. Voix transpirant la sagesse mais très connotée de folie. Tout part comme ça! A noter la phrase "Merci de m'avoir donné la vue et de m'avoir fait aveugle pour que je vois plus loin." qui m'avait réellement marqué! Brephe, Echo-logik commence fort et te met dans le bain immédiatement!
L'album est lancé avec le premier gros titre du disque selon moi!

Le deuxième est The Orientalist, un morceau assez speed, qui donne la furieuse envie de remuer la tête frénétiquement! Un bonheur impregné de touches indiennes, orientales quoi! :D

Le troisième point fort est pour moi le meilleur morceau de High Tone avec Enter The Dragon sur Acid Dub Nucleik. Il s'agit bien entendu de Number One Station! Une tuerie de puissance, de déflagration sonore qui met n'importe qui d'attaque! Ce morceau en live, c'est une mer humaine en pleine tempête, des vagues se soulèvent! A noter le dédoublement de la basse qui te transperce le corps comme 1000 lances à la fois!

Le dernier point fort est les deux derniers morceaux, à savoir AntiVitrolles Dub et Dubiously. Antivitrolles pour les sons psyché sorti par le DJ, indiquant bien que la planète HighTone n'est pas de tout repos! Les percus derrière sont assez décousues, mais ça donne un côté anticharnel au morceau (ouahou comment je me la joue avec mes mots qui ne veulent rien dire!) que j'adore!
Et que dire de Dubiously. Il part sur les chapeaux de roue, attends, tu crois quoi, c'est la fin de l'album, faut le clôturer en beauté! Puis il se calme! Toujours ses samples de voix qui auront laissé une empreinte plus qu'importante sur l'album apportant la cohésion qu'il fallait pour ses trois EPs. Dubiously alterne les passages calme et moins calme, comme pour laisser un remou dans l'estomac de l'auditeur, remou qu'on aimerait avoir plus souvent!

Bref, Bass Temperature, c'était mon premier skeud de Dub, ce n'est pas le dernier et il faut l'écouter avec les bass réglées au maximum et le volume poussé à fond!
Quand le Hip Hop n'est pas sérieux! Spank Rock - Yoyoyoyoyo 20-06-2006
Spank Rock, j'en ai entendu énormément de bien par un certain Teki Latex sur une émission culturel, ce qui m'avait intrigué. Je cours donc me procurer l'album et zieute sa sublime pochette kitchissime (pas autant que celle d'I Monster, mais quand même!). Je me dis alors que j'ai affaire à une perle!

Hop hop hop, je mets tout ça dans ma platine vinyle, sort mon plus beau casque et me mets en mode Autiste! Et c'est parti. Et là, la claque! Cet album est jouissif au possible, frais, fun, drôle et très bien produits! Des morceaux comme Far Left, Bump vous font remuer la tête frénétiquement, de telle sorte que dans la rue, vous risquez de passer pour un fou, mais qu'importe!

Tout l'album regorge de perles donc, et le mieux, c'est de l'écouter en voiture. Par contre, priez pour ne pas croiser la police, car si vous roulez au rythme de l'album, les flashs vont crépiter!
Bâtards Sensibles ou comment un disque de Hip Hop changera la donne du Rap Français!! TTC - Bâtards sensibles 09-10-2005
TTC, groupe déchanté, formé de trois MCs bien particuliers (Tekilatex, Tido Berman et Cuizinier pour ne pas les citer) nous avait pondu un méfait digne d'intérêt qui avait fait trembler le milieu du Hip Hop Underground en 2002, Ceci N'est Pas un Disque, instrus intéressant, paroles intéressantes, featurings monstrueux, tout était réunis pour faire de ce disque une excellente galette!!

Mais de là à prévoir que l'opus suivant, pourtant attendu, serait d'une telle qualité... Bien sûr, on aurait pu l'imaginer, L'Armée des 12 composé de TTC, La Caution et Saphir avait montré la voie avec l'excellent, que dis-je le sublime Cadavre Exquis, mais bon...

Et en 2004, débarque Bâtards Sensibles... Les instrus sont encore plus déjanté, plus poussés dans l'électro. Les paroles sont encore plus travaillés, tout est là pour LA claque!

Ebisu rendez-vous, commence cette merveille en racontant le voyage des TTC au Japon. Instru très présent, voix des MCs se fondant parfaitement avec les instrus, rythmique plus que bonne, le ton était donné!

Arrive la bombe que l'on connaissait, du fait de sa présence dans un EP sortis avant Bâtards Sensibles: Dans le Club. Instrus bien extrêmes, paroles délirantes (la sacralisation de la rentrée en boîte de nuit des membres de TTC) mais n'oubliant pas quelques passages sérieux, faisant réfléchir (" J'espère que j'existe, mes responsabilités m'attendent à la maison, mais je préfère fuir, J'observe cette piste de danse en constatant que la vie est trop courte, il faut faire vite!)! Tekilatex donne, selon moi, tout le relief à ce morceau.

Le Chant des Hommes, morceau résolument positif, qui met la pêche le matin au lever. Ce morceau contrastera beaucoup avec le suivant, Du Sang Sur Le Dancefloor, à prendre au 4ème degré. Mais comme toujours, l'instru tue tout.

Et on arrive à un des premiers morceaux de Crunk français (Lil Jon, oui les français te prenne ton style!). Catalogue possède des choeurs très simple, mais donnant toute l'agressivité au morceau (de simple "What" suivi de quelques "Bitch"). Diablement efficace!!

Puis on coule naturellement à un de mes morceaux préférés de l'album, très psychédélique, J'ai Pas Sommeil. Tekilatex est de nouveau énorme, les paroles reflètent bien l'insomnie, idem pour la musique.

On retrouve par la suite un morceau très drôle, Rap Jeu, les trois de TTC s'en donne à coeur joie, et ça se sent! On ne peut pas s'empêcher de bouger la tête.

Puis Latest Dance, avec son instru très western, sur lequel est fixé toute sorte de son. La rythmique est toujours aussi forte. Guest sur ce morceau, BusDriver et RadioInactive donnent tout ce qu'ils ont et les TTC répliquent de plus belles. On assiste à une sorte de match, où le vainqueur est l'auditeur bien sûr!

Girlfriend ensuite est là, aux dire des TTC, pour faire danser, très électronique, les paroles sont toujours à prendre au Xème degré. Et nous, pauvres auditeurs, on bouge sans le vouloir. Si vous êtes choqué, attendez le morceau suivant pour comprendre tout de suite que c'est du 15ème secret...

En effet, le morceau donnant le titre à l'album, Bâtards Sensibles, est on ne peut véridic. Il parle des deux personnalités de nous, Messieurs, sensibles et bâtards à la fois, pour ne pas trop le montrer. Instrus sublimes, c'est véritablement le point d'orgue à cet album parfait! ("Juste un bâtard sensible, je suis devenu comme ça après plusieurs coma idyllique" est la phrase de ce disque selon moi). Les MCs sont au summum de leur talent!! Leurs voix (Cuizinier au début avec une voix traffiquée pour se mêler à l'instru, Tido Berman, avec sa voix très grave, contrastant avec la mélodie, et Tekilatex, qui monte en crescendo, d'abord tout doux, puis comme d'hab, voix aiguë, criarde, mais tellement originale, un peu comme celle de Dose One!).

On arrive à l'avant dernier morceau, et pas des moindre, à savoir Codéine, très rythmé, agressif, avec un Cuizinier de toute beauté, introduisant le morceau par un crescendo excellent! Tekilatex n'a jamais été si speed, idem pour Tido Berman!

Le dernier morceau est un instrumental live entre DJ Orgasmic et Out One. Et c'est là que l'on tombe sur un gros dilemme: Réécouter l'album en entier ou courir acheter une place pour le prochain album de TTC!

Si je devais conclure ce commentaire par un mot s'adressant au TTC, ce serait:

MERCI!

Mais vu que je peux un peu continuer, je dirais que j'attends le troisième album avec impatience!!

Cornelius a écrit 9 commentaires.

Ses derniers messages sur les forums :
sujet date
Re: Frederic Yaddaden "The Shadow Of A Rose" 29-08-2009
Pour avoir pécho le trailer, ça tue !<br /> Et faut suivre toutes les actus LZO de toute manière, ce label deviendra grand ! <br /> Pour ceux qui sont... Lire le message
Re: electro dub... 21-06-2009
On a pas fait les mêmes dirons nous.<br /> Ceux de l'Oso m'est resté en travers de la gorge ! <br /> Les saturations de guitare aussi ! Lire le message
Re: electro dub... 08-06-2009
C'est tout simplement une dérive électronique du dub, ce reggae ralentis aux basses omniprésentes et à la reverb qui te dit bonjour sur la gratte. <br... Lire le message
Re: requiem for a dream, quelles impressions, quelles conclusions? 22-05-2009
Mauvais film tout simplement. <br /> Manichéisme outrancier, plan caméra parfois bancal juste là pour faire "in", histoire pas franchement marquante, ... Lire le message
Re: 1999 - 2009 : Trip-Hop.net a 10 ans ! 24-04-2009
J'ai découvert le site par hasard, une recherche d'une chronique d'Hightone ou d'Archive, peut-être je ne sais plus trop. Puis, j'ai lu les différents... Lire le message
Re: Besoin de votre culture musicale 23-04-2009
Ben t'as Wax Taylor, tu peux choper les premiers Alias, jette aussi un oeil à Eligh, cLOUDdead, ou encore DJ Krush (notamment Zen, ou l'album Steppin... Lire le message
Re: néant musical... Quelques idées? 20-04-2009
Comme d'hab et jusqu'au bout : Outlines ? <br /> Parce que leur 2è album va bientôt sortir, parce que le premier claque tout ! <br /> <br /> Allez on ... Lire le message
Re: Conseil de Dub/Reggae 07-03-2009
Les Irations Steppas sont assez terribles dans leur genre. Des anglais qui envoient du lourd, autant tout seul qu'avec Improvisators Dub. De la boulet... Lire le message
Re: Freezeec Volume 4 - beats samples ideas and talent 02-03-2009
Ouais bonne balance entre les très connus et les un peu moins. Gros boulot pour obtenir les autorisations des artistes, bravo mec ! Lire le message
Re: Nujabes ? 27-02-2009
Nujabes, j'aime pas mal, j'ai chroniqué deux albums pour le journal de l'IUT de Strasbourg, mais le gros problème, je trouve, c'est le mastering, les ... Lire le message
Re: A la recherche du Sample Français 18-01-2009
Y'a Outlines qui sample aussi un peu. Mais pas des masses, on a l'excellent Just A Lil Lovin, Lucky Boy, mais pas d'albums entièrement samplé.<br /> <... Lire le message
Re: Le nouveau Birdy 08-01-2009
Non, normalement pas.<br /> Par contre, c'est à craindre pour le nouveau DJ Mehdi, vu qu'il a rejoint lui-aussi EdBanger. Donc, on aura sûrement pas u... Lire le message
Le nouveau Birdy 07-01-2009
Il est en écoute sur Deezer, ici => http://www.deezer.com/#music/album/261135<br /> <br /> Vous en dites quoi ?<br /> Personnellement, grave déçu, qua... Lire le message
Re: Dirty elegance 24-12-2008
C'est qui à la voix ?<br /> En tout cas, le morceau déchire, y'a pas à chier.<br /> Je connaissais pas Dirty Elegance, ça m'donne envie d'écouter ça p... Lire le message
Re: roots manuva 08-12-2008
oO<br /> Je sais pas quoi dire là. Chacun ses goûts mais bon, j'ai l'impression que l'on a pas écouté le même skeud. <br /> <br /> Sinon, je rebondis ... Lire le message
Re: Buck 65 07-12-2008
A noter, un ptit bon plan pour ceux qui kiffent Buck 65, il avait mis 3 cds en téléchargement gratos. Ca s'appelle Dirtbike session et c'est télécharg... Lire le message
Re: Delton 3030 - Madness la voix dedans ? 26-11-2008
Chastao, c'est un peu l'Agence Tous Risque à lui tout seul, la dernière chance au dernier moment, en somme ! :p Lire le message
Re: Delton 3030 - Madness la voix dedans ? 24-11-2008
Yes, merci Chastao ! Lire le message
Re: Delton 3030 - Madness la voix dedans ? 24-11-2008
Ouais mais les mièvreries électro-pop, j'suis moyen fan, quoiqu'il arrive ! :p<br /> <br /> Bon sinon, pour recadrer avec le sujet, ouais, c'est possi... Lire le message
Re: Delton 3030 - Madness la voix dedans ? 24-11-2008
Non, y'a une recherche du sample, du beat qui est plutôt intéressante. Et les feats viennent donner la couleur qu'il fallait aux instrus, notament Blu... Lire le message
Re: abstract hip hop 24-11-2008
Oh la, le rap français se lamente ? Faut arrêter d'écouter Soprano les mecs ! :D<br /> Moi, les derniers trucs français que j'ai écouté, c'était plus ... Lire le message
Re: Delton 3030 - Madness la voix dedans ? 24-11-2008
Ben RJD2, j'ai rayé Deadringer à force de l'écouter, mais j'ai moins accroché aux autres. Mais alors beaucoup moins.<br /> Ca reste un des meilleurs b... Lire le message
Re: En ce moment, quelle est la chanson que vous écoutez en boucle? 22-11-2008
Actuellement, Coma de Pendulum. Tu fermes les yeux, et t'apprécies le voyage. Putain, et t'en vois du pays. Lire le message
Re: Delton 3030 - Madness la voix dedans ? 22-11-2008
Je me méfie du label Def Jux, leur sorties ne sont plus ce qu'elles avaient pu être par le passé. <br /> Pour le sample, j'ai encore recherché, toujou... Lire le message
Re: hip hop old school 22-11-2008
J'en profite de ce sujet ! Quelqu'un est allé voir Nas, Pharcyde et j'sais plus qui à Paris y'a pas longtemps ? C'était comment !Chastao a écrit: Lire le message
Re: abstract hip hop 22-11-2008
Je tenais à plussuner l'album de Mobster, quelle perle ce skeud. Les collabs sont bonnes (mention spécial au morceau avec le mec de Ghosttown et celui... Lire le message
Re: roots manuva 28-10-2008
Ouais pareil pour oim, j'pensais vraiment que Dub Come save me était son meilleur album. Avec la sortie de Slime & Reason, faut encore que j'écoute pl... Lire le message
Re: roots manuva 26-10-2008
Ah ! Gros gros album en effet ! Les prods sont plus fournies, plus détaillées que par le passé, le flow quant à lui est toujours aussi massif, les mor... Lire le message
Re: Cherche nom d'une artiste énigmatique 12-10-2008
Désolé, j'ai écouté, mais ça me dit rien du tout ! Lire le message
Re: un grand merci 12-10-2008
Crustation, je te conseille de l'user ce skeud. Ils ont sorti qu'un disque il me semble, mais quel disque. Magistral. Monstrueux. Un grand grand album... Lire le message

Cornelius a écrit 249 messages.

Les dernières notes qu'il a attribuées :

RJD2 - The Third Hand (XL Recordings)

une étoileune étoileune étoileune étoileune demi-étoile
 

Leila - Blood, looms and blooms (Warp)

une étoileune étoileune étoileune étoileune demi-étoile
 

Tricky - Knowle West Boy (Domino records)

une étoileune étoileune étoileune demi-étoile
 

Belleruche - Turntable Soul Music (Tru Thoughts)

une étoileune étoileune étoileune étoile
 

Sayag Jazz Machine - Testpressing (La Mixerie)

une étoileune étoileune étoileune demi-étoile
 

SayCet - One Day at Home (Electron'y'pop)

une étoileune étoileune étoileune étoileune demi-étoile
 

Filastine - Burn It (Jarring effects)

une étoileune étoileune étoileune étoileune demi-étoile
 

The Herbaliser - Same As It Never Was (!K7)

une étoileune étoileune étoileune étoileune demi-étoile
 

DJ Shadow - Endtroducing (Mo'Wax)

une étoileune étoileune étoileune étoileune étoile
 

Kaly Live Dub - Répercussions (Pias)

une étoileune étoileune étoileune étoile
 
 

MP3 / Vidéo

Communauté

en ligne.
Suivez-nous sur Facebook

Liens

Jeux - concours

 
Contactez-nous Qui sommes-nous ? Equipe / Crédits Mentions légales Soutenez-nous! Flux RSS
© 1999-2017 Trip-Hop.net - Webmaster : Thibaut VACHER | Designer : sub88 - V5.0
Virb   LastFM
INSERT command denied to user 'triphop5stats'@'10.0.84.127' for table 'stats_donnees'