Accueil | News | Chroniques | Contribuez ! | T-Shirts | Newsletter | S'inscrire 30sec
Opt.
 
groupe
label
album
membre
Publicité
Publicité

Frog pocket : Gonglot - 08 Août 2005 - Planet Mu

Gonglot
Version PDF

Note du chroniqueur :
une étoileune étoileune étoileune étoileune demi-étoile (légende)

Note de la rédaction :
une étoileune étoileune étoileune étoileune étoile (détails)

Tracklist :

1. Follow Erol Raët

2. Carac Cyls

3. Oben

4. Plinty

5. Hurrah Sapphire Moon!

6. Eye Beby Y Ben II

7. Eyewarm

8. Celebrimbor Tur-anion

9. Fetlar

10. Baral Orgen 2

11. Vaëdre

12. Séa Angel Lament

Notes de la rédaction :
Acheter le disque :Amazon.fr PriceministerFnac.com Itunes

Si vous faites vos achats en passant par notre site (les liens ci-dessus), cela nous permet de toucher une commission qui finance la maintenance et l'évolution du site. Merci pour votre soutien. :-)

L'avis de la rédaction :

Fils spirituel d'Aphex twin, l'écossais John Charles Wilson alias Frog Pocket est certainement l'amphibien le plus passionnant de ces dernières années. En fait rarement musique ne m'aura autant vrillé les tripes. Plus extrême encore que son mentor, le bougre d'homme grenouille joue avec les beats, les bruits, les saturations comme un chef d'orchestre sous acide. Une simple écoute - même attentive - ne peut suffire pour en apprécier le venin cutané à la fois barbare et délicat car le moins que l'on puisse dire c'est qu'il faut solidement s'accrocher à son estomac devant les expérimentations guitaristiques du monsieur.

Je pourrais ainsi chercher à vous convaincre en évoquant la richesse intimé-K de l'ensemble, vanter les mélanges celtico-bruitistes d'Oben ou me pencher sur son évocation multifragmentée de la lune. Et pourtant non, je me contenterai de l'essentiel. Un essentiel qui ne porte que 7 petites lettres : Vaërdre. 7 petites lettres pour 9 minutes 36 d'une lutte épique. A la question du sens notre ami écossais nous répond : "It's my own made up language. I can't really explain what it means. It's more like a name, like you'd name a child" comme aurait pu le faire Tolkien si musique elfique il avait composée. Plus qu'un simple nom ce Vaërdre est une identité qui s'affirme comme un titre majeur dans un album de poids. Un morceau quasi mystique en cela qu'il est profondément ancré dans ce que pourrait être la musique de demain. Pour raconter cet objet, je prendrais une image : certains - peut-être - se souviendront de l'unique chef d'oeuvre cinématographique de Richard Laughton : La nuit du chasseur et de cette scène cultissime durant laquelle Robert Mitchum - en pasteur démoniaque - prêche et raconte le combat de l'amour et de la haine avec ses simples mains. Celles-ci marquées aux poings des lettres L.O.V.E. et H.A.T.E. lettres se crispant et s'imbriquant les unes dans les autres et s'agitant au gré de la déclamation inquiétante d'un Mitchum monstrueusement incarné.
Remplacez LOVE et HATE par MUSIC et NOISE et rejouez la scène chez vous, vous pénétrerez alors les arcanes les plus reculées de la musique de l'homme grenouille. (Noise >< Music) Un combat de titan entre bruit et musique dont personne ne peut sortir indemne. Ecoeuré peut-être par ces excès paroxystiques, cette débauche de saturations ou transcendé par une musique supranaturelle et épique.
Alors, qui l'emportera des constructions mélodiques ou des sons électroniques les plus primitifs ? Pour le découvrir, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

Erwan

Les derniers avis :

Rana sylvatica

Je ne sais pas si votre cerveau a tendance à créer un lien entre une musique et ce que vous faites en écoutant la musique en question sous la condition de répéter régulièrement cette association, mais le mien oui ! Je m'explique, cette phrase étant très peu claire.

L'exemple le plus frappant selon moi est celui de se réveiller avec sa chaîne Hi-fi le matin. Cela ne fonctionne pas, bien entendu, si vous écoutez France Inter ou Radio Nova, mais uniquement dans le cas où un album quel qu'il soit vous soutire des bras de Mophée. Ainsi, après quelques mois de réveil quotidien avec la première piste du même album, cette chanson sera liée dans votre esprit à la sortie du lit et l'entendre en pleine journée produira en vous un effet étrange. Dans mon cas, pendant longtemps, cet effet a concerné " Passion " (In a Space Outta Sound - Nightmares on Wax), la Canon de Pachelbel ou l'OST de Braveheart.

L'autre exemple important est la lecture. Lorsque l'on découvre un album que l'on apprécie, on aime l'écouter encore et encore (parfois jusqu'à saturation) ce qui implique souvent la lecture en parallèle d'un livre. Ainsi, entre autres (attention, associations bizarres mais je n'y peux rien =), je relie aujourd'hui ma lecture (ça date maintenant) du manga Berserk avec l'album Play de Moby, Le Seigneur des Anneaux avec MA et ma phase Philip Roth avec Bonobo ! (je vous avais prévenu).

Et la dernière connexion en date attache Gonglot de Frog Pocket avec le cycle de la Tour Sombre de Stephen King.

Je sais qu'un film est en préparation mais j'ai peur de ressentir une frustration musicale en le voyant (quoi qu'elle n'ait pas eu lieu avec les films de Peter Jackson, Edward Shore ayant réussi à m'enlever Teardrop de la tête ^^). Je ne sais pas si vous avez lu les bouquins de King mais si c'est le cas, vous devez me prendre pour un fou, la musique de la grenouille de poche n'ayant rien à faire dans ce monde imaginaire, parallèle au notre. Quoique....

C'est bien là où il faut en venir. A quoi peut-on bien associer cette musique ? A-t-on déjà entendu quelque chose de si barré mais en même temps de si féérique et magistral ?
La comparaison avec La nuit du chasseur est bien trouvée mais les possibilités sont infinies. Chacun trouvera la sienne, provenant d'un coin perdu de son cerveau, connectée à un livre, à une galère de sa vie ou je ne sais quoi, mais toutes auront pour base le conflit. Oui, cette musique est un conflit entre deux entités. Une mélodie d'une telle pureté qu'elle pourrait arracher une larme à Roland Deschain contre laquelle s'oppose un son qui fait grincer les dents mais réussit à nous scotcher. Dans ma tête ce "bruit" est le fruit de millions d'insectes robots qui s'attaquent à une planète d'êtres purs et maîtrisant la magie blanche.

Je suis surement un peu taré mais rarement musique a produit chez moi autant d'effets. Bien sur, il faut plus d'une écoute pour pouvoir apprécier un tel album mais si vous passez cette étape vous ne le regretterez pas.

J'ai un peu de mal à parler objectivement d'un disque et je m'égare souvent dans des considérations personnelles étranges mais il est difficile de faire l'apologie d'une telle perle, je conseillerai juste à chacun de se faire son opinion et je sais que beaucoup d'entre vous la détesteront (3,5 comme note moyenne des auditeurs, cela se voit). Mes pistes préférées sont Carac Cyls, Oben, Hurrah Sapphire Moon!, Celebrimbor Tur-anion et bien sur Vaëdre (la montée en puissance à 5min18s...) mais l'ensemble de la galette se dévore avec délectation.

Je tiens à remercier Erwan qui m'a fait découvrir récemment, via ce site, ce sublime album ainsi que quelques autres diamants (On Audio de Au4 ou Views from the psychedelik deathcab de Lmntl819 & Reindeer pour ne citer qu'eux).

La grenouille a voulu se faire aussi grosse que le boeuf, elle s'enfla si fort qu'elle l'écrasa.

10-08-2011 - Mugen-In-Zambia

Subtile, sublime, intemporel...

Une première écoute...
En toute innocence j'y suis allé de ma première écoute...
Une introduction tout en douceur et pleine de retenue qui met tout de suite les sens de l'auditeur en exergue...
Rien ne laissait pourtant présager une telle débauche musicale...
Débauche, certes, mais débauche au combien sensationnelle qui va dérouter la perception de l'auditeur tout d'abord, pour ensuite l'installer dans un cocon, duquel il ne pourra sortir indemne...
Des références de groupes que j'affectionne tout particulièrement me sont alors venues tout naturellement à l'esprit. Aphex Twin dans un premier temps pour l'ambiance et la faculté à jouer avec les sons en tout genre et arriver à résoudre l'équation déroutant/déchirant/attirant, puis Four Tet pour le coté folktronica et lumineux avec cette harmonie instrumentale qui vous rappellera le jeune prodige londonien et qui saura vous émerveillée. Mais c'est aussi une ambiance qui pourra parfois se rapprocher de celle rencontrée à l'écoute de " One Day At Home " le magnifique album de Saycet, pour son côté magique et envoutant. Je suis même allé jusqu'à faire le rapprochement avec la première oeuvre (oui s'en est une) d'Archive avec une atmosphère que j'ai parfois trouvé proche de leur " Londinium ", notamment avec l'utilisation d'un sample, qui m'a fait hautement frémir, et qui créa une ambiance qui m'a semblé tout juste sortie de ce fameux album...
Des références donc, mais tout cela pour mieux faire ressortir l'incroyable personnalité de cet album et son côté unique ; un peu comme la pierre angulaire de l'arche de musique de tout bon amateur de musique qui se respecte. Un album qui pourra donc facilement marquer l'auditeur qui saura lui accorder l'attention qu'il mérite...
On s'imaginera alors facilement des lieux dans lesquels on prendrait un ultime plaisir à réécouter cette petite perle... Pour ma part je me voyais bien contempler les cieux, couché dans les chaumes au sommet d'une montagne, avec une légère brise qui vous effleure la peau, histoire d'être sûr de décrocher ce petit frisson qui parcourra tout le long de votre corps...

08-12-2008 - Cob@lT

Donnez votre avis (150 car. minimum) :

Vous devez créer un compte Mon Trip-Hop.net pour écrire un commentaire.

Communauté : notes des membres

Vous devez être inscrit à Mon Trip-Hop.net pour pouvoir noter un album et voir les notes de vos amis.

Si vous n'êtes pas encore membre, inscrivez-vous sur cette page en 30 sec.


Note moyenne donnée par nos membres : une étoileune étoileune étoileune demi-étoile (5 notes).
Légende des notes :
  • aucune étoile : Nul (on évite)
  • une étoile : Médiocre (bof, vraiment bof)
  • une étoileune étoile : Correct (sympa, sans plus)
  • une étoileune étoileune étoile : Bon (à écouter sans faute)
  • une étoileune étoileune étoileune étoile : Excellent (on ne s'en lasse(ra) pas)
  • une étoileune étoileune étoileune étoileune étoile : Exceptionnel (unique, incomparable)
Liens :

Mp3 à télécharger :
 

MP3 / Vidéo

Communauté

21 visiteurs en ligne.
Suivez-nous sur Facebook

Liens

Jeux - concours

 
Contactez-nous Qui sommes-nous ? Equipe / Crédits Mentions légales Soutenez-nous! Flux RSS
© 1999-2017 Trip-Hop.net - Webmaster : Thibaut VACHER | Designer : sub88 - V5.0
Virb   LastFM