Accueil | News | Chroniques | Contribuez ! | T-Shirts | Newsletter | S'inscrire 30sec
Opt.
 
groupe
label
album
membre
Publicité
Publicité

Portishead : Third - 28 Avril 2008 - Island

Third
Version PDF

Note du chroniqueur :
une étoileune étoileune étoileune étoile (légende)

Note de la rédaction :
une étoileune étoileune étoileune demi-étoile (détails)

Tracklist :

1. Silence

2. Hunter

3. Nylon Smile

4. Rip

5. Plastic

6. We Carry on

7. Deep Water

8. Machine Gun

9. Small

10. Magic Doors

11. Threads

Notes de la rédaction :
Acheter le disque :Amazon.fr PriceministerFnac.com Itunes

Si vous faites vos achats en passant par notre site (les liens ci-dessus), cela nous permet de toucher une commission qui finance la maintenance et l'évolution du site. Merci pour votre soutien. :-)

L'avis de la rédaction :

On peut dire qu'il se sera fait attendre ce 3ème album de Portishead. Avec 10 ans d'absence agrémenté de rumeurs en tout genres, les fans ont eu le temps de s'impatienter. Nous les premiers.

L'évolution du groupe se sent dès le premier morceau, " Silence ", avec une rythmique plus rapide que ce a quoi nous a habitué le groupe. Les guitares électriques bien mises en avant sont atténuées par une douce mélodie au violon renforcée par la voix toujours aussi mélancolique de Beth Gibbons qui fait son entrée tardive au milieu du morceau. On retrouve dans " Hunter " et " Nylon Smile " un son plus familier au chant suave qui ne manquera pas de rassurer les auditeurs quelques peu déroutés par le premier morceau. " The Rip " s'avère lui plus joyeux avec une intensité montante dont les subtilités s'apprécieront tout particulièrement avec une écoute au casque. Nous retrouvons dans cet album un goût pour le son très travaillé qui laisse deviner de longues séances de débats entre les membres du groupe pour finaliser ces morceaux. C'est tout à fait le cas de " Plastic ", spleen prononcé riche en effets.

" We Carry On " sonne l'alarme et augmente soudainement le niveau des bpms. Un rythme auquel le groupe ne nous avait encore jamais habitué. Ça lui va plutôt bien. Certainement l'un des morceaux les plus marquants de cet album. Le calme revient immédiatement avec le très court et acoustique " Deep Water " placé dans cet album comme pour permettre une pause avant la suite.

" Machine Gun ", premier single de cet album, surprend par ses beats assassins mais la mélancolie du chant de Beth Gibbons a vite fait de nous rassurer. Le morceau a pour le moins une fin étrange qui nous rappelle les sonorités électroniques expérimentales de la fin des années 80. Retour au calme avec les premières minutes de " Small " où le chant de Beth Gibbons est au premier rang. La tranquillité de ce morceau est soudainement renversée par une rythmique puissante qui ne cédera sa place qu'au retour de la chanteuse. Un morceau pour le moins surprenant.

L'album continue avec " Magic Doors " ; un morceau assez difficile à la première écoute mais qui ne manquera pas de séduire aux tentatives suivantes et laissera par la suite son refrain résonner dans la tête de l'auditeur. " Threads " signe la fin de cet album avec une mélancolie résolument rock.

Cette attente valait elle la peine ? Même si cet album n'a pas déclenché en nous la ferveur des deux premiers, c'est indéniablement un bon album qui signe un retour réussi. Reste à espérer que le quatrième album se fera moins désirer.

Thibaut

Les derniers avis :

Remarquable!

Je pense que ce dernier album est absolument remarquable!
L'essor du groupe est fabuleux, c'est une veritable montée en puissance...
C'est vrai que l'album doit s'écouter avec attention et ne plaira peut etre pas au non initiés, mais il mérite cela.
J'ai ressenti dans cet album une déshumanisation ...rien à voir avec une musique tech désumanisé parce que uniquement mécanique et électronique, mais vraiement quelque chose de different, de psychologiquement interpelant, ici on sent la materialité des machines mais cela reste subtil, machine gun c'est l'apogée c'est une terrible montée qui prend les tripes!
Puis cette voix terriblement sensuelle resonne comme la derniere voix...
un vrai bijou!
Subtil, Technique, Atmosphérique...

19-02-2009 - Tesujii

Un des meilleurs albums de 2008

Portishead nous transporte dans un monde transcendantal et complètement différent des opus précédents, sans pour autant en oublier les raisons de leur succès: LE trip-hop pur et dur.
Cet album est beaucoup plus électronique et expérimental. Le groupe a su évoluer musicalement, c'est donc un risque pris, si l'on prend en considération les fans puristes. Cependant, Beth nous enchante toujours avec cette voix aux teintes soul, même si l'âge se fait sentir; les touches trip-hop sont toujours présentes par-ci et par-là. Il faut savoir aussi que cet album n'est pas accessible dès la première écoute. Il demande un certain effort de celui qui l'écoute, pour ainsi ne laisser échapper aucun son. Certains morceaux peuvent paraître absolument terrifiants (je pense notamment à "Machine Gun" ou encore à "We Carry On") avec ces sons électroniques répétés. Mais si celui qui écoute est suffisamment intelligent, il comprendra que c'est tout-à-fait remarquable, dans la mesure ou le groupe tant à marquer par des sons vraiment hors du commun, hors de leur commun.

Voilà les raisons de mon 4.5/5


Meilleurs morceaux: "Machine Gun", "Hunter" et "Plastic"

15-10-2008 - MachineGun

Impressionant

C'est un album absolument magnifique.
Le changement de style leur va bien, et l'on y retrouve tout de même leur touche.
Ça me fait penser à la première fois où j'ai écouté "KID A" de Radiohead. Il m'avait fallu le réécouter plusieurs fois pour en apprécier sa valeur.
C'est exactement ce qui est arrivé avec "Third"...

A écouter absolument, vraiment superbe !

20-08-2008 - *lilou*

Third enfin

Un album à écouter plusieurs fois pour l'apprécier à sa juste valeur !
Étonnant, et voir même effrayant au première abord, on voit un des rares groupe existant à notre époque, en constante évolution, partir vers un nouvel "essor "musical.
Maintenant, à vous de juger et d'écouter.

11-07-2008 - Daw

Decrescendo

Je trouve que le groupe a trop voulu pousser au niveau expérimental, c'est dommage Dummy et Portishead avaient fait leurs preuves et avaient trouvé leur public.
Cet album est totalement à l'opposé de ce que j'attendais, bien sûr Beth Gibbons a vieilli on le sent dans sa voix.
Le groupe a beaucoup trop exagéré, à mon goût, sur le "tweak" sonore, on sent que les instrumentales et même la voix de Beth a été trafiquée, dommage.

Par contre, côté rythmique j'ai trouvé ça très bien, surtout le morceau Machine Gun que j'ai trouvé original.

En espérant que le prochain album (si il y en a un) reviendra au source :)

10-07-2008 - JulieNNNNN

Mépris pour un excellent album

C'est dommage de se méprendre de cette album en l'écoutant trop vite...

Postishead n'a pas voulu nous resservir un style identique aux premiers disques (pour les nostalgiques qui n'ont pas voulu grandir et évoluer avec leur époque ;).

Ils ont osé signer un album différent mais est au final tout aussi réussi, noir et mélancolique. A réécouter au casque...

09-06-2008 - Moonshiner

L'affirmation de l'identité du groupe

A écouter dans un silence complet (ou avec un casque très isolant), à niveau sonore élevé, et dans le noir.
C'est en effet un voyage que nous propose Portishead, qui donne au final un album très bien construit. Une expérience aboutie d'un groupe qui a muri, en somme.

02-06-2008 - El-Briga

Un bond en avant

ça fait dix ans que j'attendais cet album et je n'ai absolument pas été déçu.
déconcertant par sont changement de style au départ, on retrouve tout de même la touche "Portishead". On ne navigue pas à l'aveuglette.
Chef d'oeuvre à avoir dans sa discographie !!!

21-05-2008 - Krustea

Désespoir, toujours

Exit le trip-hop bristolien soul-jazz des années 90, le troisième opus de Portishead s'entrouvre enfin et vomit son contenu digéré pendant plus de 10 ans. Ce nouveau né voit enfin le jour suite à une longue et difficile période : divorces, dépressions et remise en questions. Il en garde certaines cicatrices...

Si la forme a beaucoup évolué, le fond lui semble rester le même. On entre dans un tunnel, noir, rouillé, froid et dénué d'espoir. Après quelques paroles, un avertissement peut-être, on tombe rapidement dans une chute sans fin au rythme entraînant de la première piste, puis soudain, sans crier gare, la chute abrupte nous plonge dans le "Silence".

On erre alors en terre inconnue, parsemée de brouillard sans savoir où l'on va, il fait froid. On se dirige telle une proie, les yeux bandés et pour seul guide la voix berçante de Beth Gibbons vers l'inéluctable.

"The Rip" ou la déchirure avec un début d'album pesant, nous offre une dose de mélancolie, de tristesse et de désespoir. Une chanson nettement plus proche des aventures solo de la chanteuse avec Rustin Man que de Dummy ou Portishead. On se trouve entre Radio et Portis, avec une mélodie arpégée qui nous rappelle "Weird Fisches".

On continue notre chemin avec "Plastic", un morceau grave et lourd avec un beat réchauffé à la sauce "Undenied".

Suivent deux titres phares de l'album : "We Carry On" et "Machine Gun", séparés par la fausse innocente et très épurée "Deep Waters", seul instrument un ukulélé et un appui par des voix rappelant certaines chansons américaines des années 30. Les amateurs de Robert Wyatt sentiront sans doute une similitude entre "We Carry On" et "Shrinkrap" sur l'album Dondestan.

Le long tunnel nous amène dans une usine ou le même rythme lourd, dur et métallique frappe et frappe encore. La voix chante puis s'arrête. Les chocs continuent, un écho s'installe, puis les coups prennent plus de force et de poids à l'arrivée du son oppressant et morbide du synthétiseur.

Retour au 60's / 70's qui respire les Doors avec un psychédélique étonnant et prenant "Small".

La fin du tunnel approche. "Magic Doors" est la seconde chanson très déprimante de Third, d'une profonde beauté. Les yeux se mouillent..

Le tunnel prend fin avec le rythme sobre, mais tendu de "Threads".

Portishead jouait gros, l'erreur n'était pas possible, pas après Dummy, pas après Portishead, pas après 10 ans de patience pour certains ou de torture pour d'autres.

Pourtant Portishead a bien changé. Mais Portishead a réussi son pari. Cet album hétérogène en est la preuve. Entre musique industrielle, tout en passant par le folk, l'electro et le rock psychédélique, Portishead rompt son contrat avec le trip-hop et signe là un album magnifique, très riche, changeant de sonorité tout en gardant ses valeurs.

L'attente a donné ses fruits, mais espérons que le prochain album fleurira plus vite.

11-05-2008 - Leonijo

Du moins bien au pire !

Cet album, qui est assez radical, verse dans un coté indus, frôle le Aphex Twin et leur acidité musicale pour enfin ressembler à l'album solo de Beth Gibbons.
En gros rien a voir avec les précédents du groupe. Ne cherchez pas le coté mélodieux/mélancolique de Dummy.
Je suis déçu un peu plus à chaque fois que je l'écoute !

07-05-2008 - Cheffois

Difficile d'accès

Cet album est résolument plus difficile d'accès que les autres... Quand on avait aucun mal à apprécier un Dummy ou même un Portishead (leur moins bon album), Third m'a, à la première écoute, repoussé... Sauf Silence et Threads il faut l'avouer... Et puis, en le réécoutant, tel un bon vieux Radiohead, on l'adore...

S'il fallait le classer, je le noterais entre Dummy et Portishead au niveau de la qualité...

07-05-2008 - Elnorton

Courir après

Courir après, c'est un peu le sentiment que j'ai eu de ces 10 années d'attente, et même quand j'ai enfin eu entre mes mains le retardataire, j'ai eu l'impression de courir après. Ce n'est pas un album qui s'ouvre facilement, la première écoute est souvent déroutante, voir décevante. Mais d'un certains sens, la déroute des premières écoutes rend l'album plus envoutant encore, comme si on avait l'impression qu'il y avait un sens à cet album qu'on ne saisissait pas encore.
Au final je me suis retrouvé avec un bon album, riche et puissant, qui signe une évolution indéniable du groupe, toujours aussi proche de ce que je m'imagine de Portishead, sans pourtant manquer de personnalité.

Est-ce que Third vaut 10 ans d'attente ? Non, pas pour moi.
Est-ce que ça vaut son prix chez le disquaire ? amplement.

06-05-2008 - Gwelwen

Portishead Forever

Première écoute décevante. Mais écoutes suivantes obsédantes.

Adeptes inconditionnels de l'Easy Listening, ne perdez pas votre temps sur cet album, il n'est pas pour vous.

On retrouve du Portishead du XXème siècle et du Beth Gibbons & Rustin'Man, mais sous tellement de facettes différentes que cet album n'est pas prêt de quitter mes oreilles.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils n'ont pas joué la facilité, et je les en remercie.

30-04-2008 - Nakinoeil

Ca fait plaisir !

10 ans qu'on l'attendait celui-là !! J'ai pu me le procurer avec quelques jours d'avance, impossible de patienter ! Il est rare qu'un groupe aussi attendu revienne au bout d'une décennie avec un album aussi réussi, disons-le tout de suite... Déjà, à l'écoute du single, on sait que Portishead s'est renouvelé, que l'on n'aura pas une copie parfaite du dernier opus (aussi bon soit-il). Et à l'écoute de l'album entier, on en est convaincu : des arrangements très travaillés (album à écouter au casque absolument), un son plus électronique, moins de basses, avec des sources d'inspirations très diverses (rock, électro, rock 70's à la Velvet Underground, ...). Les morceaux sont moins mélodiques mais malgré tout très plaisants. "Machine Gun" surprend beaucoup au début, il serait presque agressif, obsédant et trop répétitif : après deux-trois écoutes, c'est un vrai bonheur ! D'autres morceaux m'ont particulièrement plu : "we carry on", "magic doors" ou encore "the rip". Au fur et à mesure des écoutes, cet album prend toute sa dimension, et force est de constater qu'après 10 ans, Portishead reste LE groupe trip-hop de référence. Une évolution dans le son de ce groupe qui a conservé ses bases, sa voix (aaaah Beth Gibbons !!...), mais a su mettre toutes ses inspirations au goût du 21ème siècle. Le seul hic (si c'en est un), c'est le manque de morceaux tels que "Wandering star", "Glorybox" ou "Roads" par exemple, pour leur côté mélodique. Malgré ce détail, Third est un album très réussi. On n'aura pas attendu pour rien !

14-04-2008 - Glorybox

Donnez votre avis (150 car. minimum) :

Vous devez créer un compte Mon Trip-Hop.net pour écrire un commentaire.

Communauté : notes des membres

Vous devez être inscrit à Mon Trip-Hop.net pour pouvoir noter un album et voir les notes de vos amis.

Si vous n'êtes pas encore membre, inscrivez-vous sur cette page en 30 sec.


Note moyenne donnée par nos membres : une étoileune étoileune étoileune étoile (138 notes).
Légende des notes :
  • aucune étoile : Nul (on évite)
  • une étoile : Médiocre (bof, vraiment bof)
  • une étoileune étoile : Correct (sympa, sans plus)
  • une étoileune étoileune étoile : Bon (à écouter sans faute)
  • une étoileune étoileune étoileune étoile : Excellent (on ne s'en lasse(ra) pas)
  • une étoileune étoileune étoileune étoileune étoile : Exceptionnel (unique, incomparable)
Liens :


 
 
Contactez-nous Qui sommes-nous ? Equipe / Crédits Mentions légales Soutenez-nous! Flux RSS
© 1999-2021 Trip-Hop.net - Webmaster : Thibaut VACHER | Designer : sub88 - V5.0