Accueil | News | Chroniques | Contribuez ! | T-Shirts | Newsletter | S'inscrire 30sec
Opt.
 
groupe
label
album
membre
Publicité
Publicité

Hiatus : Ghost notes - 31 Oct. 2011 - Auto-production

Ghost notes
Version PDF

Note du chroniqueur :
une étoileune étoileune étoileune étoile (légende)

Note de la rédaction :
une étoileune étoileune étoileune étoile (détails)

Tracklist :

1. Save yourself

2. Nobody

3. Gentle flame

4. Tombs

5. Nightingale force winds

6. Turbine

7. Sightless

8. This means something

9. Ghost notes

10. Insurrection

11. Black dogs

Notes de la rédaction :
Acheter le disque :Fnac.com Itunes

Si vous faites vos achats en passant par notre site (les liens ci-dessus), cela nous permet de toucher une commission qui finance la maintenance et l'évolution du site. Merci pour votre soutien. :-)

L'avis de la rédaction :

Hiatus est le pseudonyme musical du compositeur londonien Cyrus Shahrad. Son premier Lp, Music for a film, sorti fin 2010 et écoutable sur Soundcloud n'avait alors pas vraiment retenu l'attention du haut de sa vingtaine de minutes. C'était certes propre niveau son, mais relativement impersonnel. Ainsi, lorsque Ghost notes sortira 10 mois plus tard, en octobre dernier, on n'attendait rien de particulier. A tort...
Ghost notes est un album touche-à-tout à forte tendance cinématique qui puise son inspiration dans le parcours personnel de son auteur : sa vie d'aujourd'hui, son adolescence, son enfance, mais aussi dans ses racines : l'Iran, pays que ses parents auront fui lorsqu'il était à peine âgé de 2 ans, en 1979, en pleine révolution islamique.
Nombre d'échantillons sonores dispersés au fil des pistes ont d'ailleurs été glanés ici et là en 2005, année de son premier retour au pays en tant qu'adulte, à l'occasion d'un périple de 3 mois comme journaliste à Téhéran. Il séjournait alors dans la maison de sa grand-mère pour couvrir les élections présidentielles du moment. Un retour aux sources entre retrouvailles familiales et confrontations politiques, iraniennes ou britanniques. Il y retrouvera quelques vagues souvenirs. Il mettra des images et des sons sur les récits de ses parents comme cette vieille collection de vinyles paternels qu'il découvrira là-bas, avec ces voix si caractéristiques telles que la chanteuse et actrice Gougoush ou le chanteur traditionnel Golpa.
Avec Ghost notes, Hiatus revisite les genres et les époques en basculant tour à tour du trip-hop au pop-rock, en croisant la world music, la drum'n bass, le dub ou l'abstract hip-hop, le tout baigné d'influences perses.
Save yourself ouvre l'album le temps d'un hommage à son père à travers un montage d'images d'archives datant des années 30/40 (l'ère industrielle sous le Shah Reza Pahlavi) aux années 70/80 et sa révolution islamique popularisée par chez nous par l'oeuvre de Marjane Satrapi (Persepolis).
Save yourself mélange donc tonalités trip-hop mélancoliques et accents traditionnels perses avec 2 voix très caractéristiques.
Le côté easy-listening de Nobody assure ensuite une transition plus légère dans un premier temps, peut-être pour rappeler l'enfance, avant une rupture cinéphile et la réapparition à la fois mêlée et distante d'une voix orientale.
William Blake : What is your name?
Nobody : My name is Nobody.
William Blake : Excuse me?
Nobody : My name is Exaybachay. He Who Talks Loud, Saying Nothing.
William Blake : He who talks... I thought you said your name was Nobody.
Nobody : I preferred to be called Nobody.

Dialogue tiré de Dead man (1995), film phare de Jim Jarmush et grand film de l'errance.

La douce chaleur de Gentle flame et son introduction à la Radiohead (période In rainbows) pourrait suggérer l'adolescence avec toujours cette petite touche extrême-orientale dans le lointain. Tombs, pop & lounge, en creuse le sillon pour nous ouvrir les portes plus jazzy de Nightingale force winds dans la lignée de ce qui se fait de bien aujourd'hui en matière d'abstract hip-hop. Le passé semble y avoir disparu avant de resurgir de plain-pied sur Turbine - piste musicale pleine de palpitations world portées par les cordes lacrymales d'un Kamânche - et avant de prendre le dessus avec Sightless.
Nouvelle piste transitoire, This means something se donnera le temps pour une courte introspection easy-listening, avec une nouvelle rupture cinématographique This means something. It must be important. (Rencontre du troisième type (1978) par Steven Spielberg) et une nouvelle question à la clé.
Ghost notes prend alors le temps pour y réfléchir, le temps pour y trouver des réponses, quelques ombres passées en quête de lumière se dessinant encore une fois en arrière-plan. Notez en passant la transition discrète avec un sample tiré du film Au-delà du réel (1980) de Kurt Russel : Blair Brown qui interroge William Hurt Why don't you just come back to us et qui suggère la réponse : It's too late. I don't think I can get it out of me anymore. I can't live with it. The pain is too great.
Puis c'est la voix d'un dub poet britannique qui perce une brèche dans l'Insurrection mémorielle de Cyrus Shahrad. La voix de Linton Kwesi Johnson, cet artiste militant britannique fortement influencé par les Black panthers et engagé dans les luttes sociétales de la Grande-Bretagne des années 70/80. avec ici les émeutes de Brixton (avril 1981) et ses questions sociales, économiques et raciales.
Et c'est cette ouverture - hiatus entre différents mondes - qui nous conduit logiquement aux chiens noirs de Black dogs, conclusion révoltée pour un retour aux sources inattendu où modernité drum'n bass et voix perses traditionnelles trouvent finalement leur équilibre. Une petite révolution en soi !

Il aura donc fallu 5 longues années à Hiatus alias Cyrus Shahrad pour composer cet album. Un cheminement introspectif qui aura pris de multiples directions. Ghost notes, tout plein de citations et d'influences assumées, se veut intime et libérateur. Il s'écoute comme on écoute une histoire pleine d'autres histoires : ces histoires qui nous construisent...

Erwan

Autres infos :

Ghost notes a été découvert par Bilolo (membre de trip-hop.net)
L'album s'écoute librement sur Bandcamp.

Donnez votre avis (150 car. minimum) :

Vous devez créer un compte Mon Trip-Hop.net pour écrire un commentaire.

Communauté : notes des membres

Vous devez être inscrit à Mon Trip-Hop.net pour pouvoir noter un album et voir les notes de vos amis.

Si vous n'êtes pas encore membre, inscrivez-vous sur cette page en 30 sec.


Note moyenne donnée par nos membres : une étoileune étoileune étoileune étoile (5 notes).
Légende des notes :
  • aucune étoile : Nul (on évite)
  • une étoile : Médiocre (bof, vraiment bof)
  • une étoileune étoile : Correct (sympa, sans plus)
  • une étoileune étoileune étoile : Bon (à écouter sans faute)
  • une étoileune étoileune étoileune étoile : Excellent (on ne s'en lasse(ra) pas)
  • une étoileune étoileune étoileune étoileune étoile : Exceptionnel (unique, incomparable)
 

MP3 / Vidéo

Communauté

14 visiteurs en ligne.
Suivez-nous sur Facebook

Liens

Jeux - concours

 
Contactez-nous Qui sommes-nous ? Equipe / Crédits Mentions légales Soutenez-nous! Flux RSS
© 1999-2017 Trip-Hop.net - Webmaster : Thibaut VACHER | Designer : sub88 - V5.0
Virb   LastFM