Accueil | News | Chroniques | Contribuez ! | T-Shirts | Newsletter | S'inscrire 30sec
Opt.
 
groupe
label
album
membre
Publicité
Publicité

Sakya : Pré - 04 Août 2011 - Mosaic distribution

Pré
Version PDF

Note du chroniqueur :
une étoileune étoileune étoileune étoile (légende)

Note de la rédaction :
une étoileune étoileune étoile (détails)

Tracklist :

1. Du coup

2. Titi (feat. Benat Achiary)

3. Ghost

4. Gare ou sel (feat Benat Achiary)

5. Aérith

6. Nawack

Notes de la rédaction :
Acheter le disque :www Fnac.com Itunes

Si vous faites vos achats en passant par notre site (les liens ci-dessus), cela nous permet de toucher une commission qui finance la maintenance et l'évolution du site. Merci pour votre soutien. :-)

L'avis de la rédaction :

C'est avec beaucoup d'intérêt que nous avons reçu le premier album de Sakya à la rédaction de trip-hop.net. Un album pas si anodin que cela dans la mesure où ce jeune quatuor (Thibault Laisnes, Alexandre Boireau, Yan Renaut et Frédéric Warmulla) s'était déjà fait remarquer aux côtés (entre autres) de Brain damage, Kaly live dub ou encore High tone... excusez du peu ! Maintenant, avec une telle carte de visite doublée d'une expérience qui se compte aujourd'hui en années (le groupe s'est créé en 2005), la pression est grande, d'autant que la scène électro-dub en France n'est pas vraiment en reste.
C'est donc avec beaucoup de curiosité que j'ai découvert l'album physique... Au fait, c'est quoi le titre ? Je cherche, je cherche et je mets du temps à réaliser que le monosyllabique Pré est en fait un titre. Là, je ronchonne... ils auraient pu trouver plus évocateur. Mais bon, passons. Ce n'est qu'un titre après tout. Et soit dit en passant, n'oublions pas une certaine Björk et ses albums Début et Post pas tellement plus évocateurs et pourtant tellement cultes. D'un point de vue esthétique, le graphisme (Benoit Audé) de la pochette a la bonne idée de se glisser dans le boîtier sous la forme d'une petite affichette... à condition, bien sûr, d'en aimer le style ! Là, je ronchonne encore. Pas fan-fan. Mais bon, les goûts, les couleurs. Et puis ce n'est qu'une pochette après tout.
Mais ce n'est pas le tout, et le son ? Ca sonne comment Sakya version galette ?
Eh bien, ça sonne ostensiblement chamarré. Une ouverture (Du coup) en forme de rock progressif à la sauce électro-dub jette les bases d'un son efficace et une conclusion explosive (Nawack) en écho au meilleur de Löbe radient sound system porte le coup de grâce avec beaucoup-beaucoup d'énergie. Ils ne sont pas manchots ces quatre-là. Et s'ils sortent tous du conservatoire, on ressent avant tout le plaisir de jouer. Et ça, c'est une base solide et contagieuse !

Les pistes Titi et Gare ou sel voient la contribution vocale de Benat Achiary (encore un du conservatoire, mais un prof cette fois) et le moins que l'on puisse dire c'est que la proposition est décalée, très orientée vers l'improvisation. J'ai personnellement pensé au style germanique marginal de feu Klaus Nomi ou encore au côté narratif que l'on trouvait sur The wall de Pink Floyd sous des airs métalleux. Un parti pris aussi intéressant que risqué dans la mesure où ce son hors-norme en rebutera plus d'un. Il n'empêche que si l'occasion se présentait, je verrais bien Sakya partager une scène avec M. Grandin avec la promesse d'une ambiance décalée particulièrement plaisante à imaginer.

Ajoutez à cela une touche électro puisant ses sources dans le meilleur de la culture japonaise : un très joli thème de Final fantasy repris dans Aerith et surtout l'idée épatante de broder une composition autour des choeurs traditionnels de femmes de Kenji Kawai et ses tambours furieux (Kugutsuuta ura mite chiru / Ghost in the shell : innocence). Le quatuor a d'ailleurs bien compris le coup de génie de ce titre qui fait dorénavant figure d'hymne pour le groupe. Un hymne à écouter TRES fort !

6 pistes au final, c'est peut-être un peu court, mais l'album a sa propre cohérence agrémentée d'une belle dose d'originalité. Après Metastaz il y a quelques mois, on se dit que la scène dub prend du galon en se diversifiant. Et ça, c'est une très bonne nouvelle...

Alors, Sakya ?
A suivre de près...


L'album peut se télécharger au format numérique ici : http://sakya.bandcamp.com/album/pr

Erwan

Autres infos :

Comment 4 jeunes étiquetés "formation classique en conservatoire" ont-ils basculé dans le côté obscur de l'électro-dub tendance rock ?

En fait on a commencé par le cursus classique et on est très vite passés en "formation musique actuelle"... Initialement "Sakya" (qui ne s'appelait pas Sakya) était un groupe de dub, puis les années sont passées, on a coupé nos dreadlocks, et on a acheté des pédales de disto (mais tout en gardant nos delay et nos reverbs !). Je pense que c'est à ce moment-là qu'on a basculé du côté obscur de l'électro-dub un peu trop redondant à notre goût et qu'on a commencé à ajouter le côté noise rock déstructuré à nos productions. On écoute vraiment beaucoup de choses différentes, de Battles, en passant par Björk, Mr Oizo, Aphex Twin ou encore The Bad Plus et je crois que c'est de là que vient le côté déstructuré et souvent "chiadé" de nos morceaux.

Quelles influences pour votre voix, Benat Achiari ?

Je pense qu'on a choisi Benat Achiary car on aimait le fait de ne pas savoir à quoi s'attendre... Benat est un grand improvisateur et on pourrait presque dire que ses possibilités techniques sont infinies. On aime expérimenter les sons et c'est ce que Benat fait de mieux avec sa voix. Ce qui nous plaît aussi chez lui, c'est qu'on aura toujours quelque chose de différent. On jouera le même morceau sur trois concerts et ce même morceau grâce à Benat prendra une dimension différente. On a vraiment eu une grande chance de faire cette rencontre !

Combien de temps Sakya a-t-il tourné avant Pré ?

Sakya existe depuis 2005, mais on a vraiment commencé à se pencher sérieusement sur le groupe à partir de 2007... nous avons surtout parcouru la scène régionale (Aquitaine) et on a eu la chance de partager de belles affiches (Tiken Jah, Caravane Palace, High tone, Kaly live dub, Brain damage, Hilight tribe etc...). En fait avant la sortie de "Pré", on n'avait pas vraiment de support pour pouvoir démarcher au niveau national... Mais depuis début 2011 on a beaucoup joué et on prépare une tournée "nationale" cette fois-ci pour décembre et pour l'année à venir (2012)


Un avis sur la question d'Hadopi ? Sur internet et le téléchargement ?

Pour des groupes indé. comme SAKYA, je pense que le téléchargement sur internet n'a que des effets positifs, qu'il soit légal ou illégal...

Un souvenir particulier lors d'un concert ? Un moment fort ?

Je pense qu'on se souviendra tous de notre concert au Festival Music à Pile en Gironde. Concert où Benat chantait avec nous et où il nous a glissé avant de monter sur scène que c'était son premier concert "Rock" ... alors que Benat était loin d'être à sa première scène... du coup cette date est restée un de nos meilleurs moment et un de nos meilleurs concerts !

Pourquoi cette esthétique sur votre pochette ?

Pour notre identité visuelle, on a choisi de travailler avec Benoit Audé, qui est un illustrateur, et qui réalise des films d'animations plutôt orientés jeune public. Benoit est un ami et nous suit depuis le début de l'aventure Sakya, il s'est inspiré du son et de l'ambiance que l'on essaye de créer en concert (lumières...). Je ne sais pas si on peut classer Sakya dans une "case" musicale tellement nos influences sont variées, je pense que Benoit a vraiment compris cette idée-là et a su l'exprimer à travers la pochette... En fait on ne voulait pas quelque chose de figé et on est vraiment content du rendu !

Comment est née l'idée du sample de Kenji Kawai (Kugutsuuta ura mite chiru / Ghost in the shell : innocence) sur Ghost ?

Le premier arrangement de "Ghost" a été fait par Yan, le batteur de Sakya. Il est vraiment fan de mangas et de culture japonaise (sa dernière petite découverte c'est le whisky japonais, mais ça reste entre nous hein ?). On a toujours trouvé ces voix et ces tambours magnifiques, et on en est venu à en faire ce morceau qui est devenu une sorte "d'hymne" pour le groupe... et je recommande d'écouter "Ghost" sur du gros son !

La boucle d'ouverture d'Aérith est-elle bien tirée de Final fantasy ?

En effet, la boucle d'Aérith est bien c'elle du jeu vidéo, ce n'est pas le même son bien sûr, mais c'est bien un arrangement de la BO de Final Fantasy.

Vous connaissiez trip-hop.net ?

J'ai connu trip-hop.net lorsque que je cherchais à mettre à jour ma bibliothèque Itunes ! Je suis tombé dessus par hasard en recherchant des infos sur le projet Naphtaline d'Ez3kiel.

Quels projets dans les mois à venir ?

En septembre la sortie "Officielle" de "Pré" chez Mosaic Music, sinon pour le moment on se concentre sur le Live pour la sortie de l'album et la tournée Fin 2011 et 2012 mais on est déjà au boulot pour le prochain album ... On a aussi quelques idées de featuring... A suivre !
Et longue vie à trip-hop.net.[i]

Donnez votre avis (150 car. minimum) :

Vous devez créer un compte Mon Trip-Hop.net pour écrire un commentaire.

Communauté : notes des membres

Vous devez être inscrit à Mon Trip-Hop.net pour pouvoir noter un album et voir les notes de vos amis.

Si vous n'êtes pas encore membre, inscrivez-vous sur cette page en 30 sec.


Note moyenne donnée par nos membres : une étoileune étoileune étoile (4 notes).
Légende des notes :
  • aucune étoile : Nul (on évite)
  • une étoile : Médiocre (bof, vraiment bof)
  • une étoileune étoile : Correct (sympa, sans plus)
  • une étoileune étoileune étoile : Bon (à écouter sans faute)
  • une étoileune étoileune étoileune étoile : Excellent (on ne s'en lasse(ra) pas)
  • une étoileune étoileune étoileune étoileune étoile : Exceptionnel (unique, incomparable)
 

MP3 / Vidéo

Communauté

17 visiteurs en ligne.
Suivez-nous sur Facebook

Liens

Jeux - concours

 
Contactez-nous Qui sommes-nous ? Equipe / Crédits Mentions légales Soutenez-nous! Flux RSS
© 1999-2017 Trip-Hop.net - Webmaster : Thibaut VACHER | Designer : sub88 - V5.0
Virb   LastFM